Rembrandt BUGATTI (1884 - 1916)

Lot 97
300 000 - 350 000 €
Résultats sans frais
Résultat: 612 480 €

Rembrandt BUGATTI (1884 - 1916)


Eléphant au repos - Circa 1909 - 1910
Sculpture en bronze patiné nuancé brun, vert et noir.
Signé R. Bugatti sur la terrasse. Numéroté (6) sur le côté de la terrasse.
Cachet de fondeur: cire perdue A.A HEBRARD à côté de la signature.
H 46,6 cm, L. 56,5 cm
Présenté sur un socle en acajou monogrammé IR en laiton.
H.25 cm L 41,8 cm P. 25 cm
Madame Véronique FROMANGER confirme l'authenticité de cette oeuvre et pourra remettre un certificat à la demande de l'acquéreur.
Provenance:
- Ancienne collection Georges PHILIPPAR (1883 - 1959)
- Collection privée. Le collectionneur actuel détient cette sculpture de Georges PHILIPPAR par dévolution successorale.
Expositions:
- 1910: Rembrandt Bugatti. Exposition temporaire à la Société Royale de Zoologie d'Anvers. Exemplaire similaire.
- 1914: Rembrandt Bugatti, rétrospective. Exposition temporaire à la galerie A-A. Hebrard, Paris. Exemplaire similaire.
- 1929: Animal sculpture by R. Bugatti, Abdi & Co Galleries, Grosvenor Square, Londres. Exemplaire similaire.
- 1986: Carlo et Rembrandt Bugatti. Galerie Pierre Dumonteil, Paris. Exemplaire similaire
Bibliographie:
Véronique FROMANGER - Rembrandt Bugatti, sculpteur: Une trajectoire foudroyante. Répertoire monographique, 2016,
Editions de l'Amateur, Paris. Répertorié sous le numéro 253.
Note:
Notre bronze est répertorié dans le Cahier Hebrard P.110 et 142, titré: Eléphant au repos, gros éléphant, sous le numéro n°INV4253.
Nous présentons l'exemplaire n°6.
Les exemplaires n° 1 et n° 2 font respectivement partie de la collection du Comte Gérard de GANAY et de celle de DAVID-WEILL.
L'exemplaire n°4 fait partie de la collection TIFFANY, New-York.
Note:
Notre exemplaire provient de la collection Georges PHILIPPAR (1883 - 1959), armateur de son état. Il entretenait une immense passion pour les éléphants.
En 1925, il devient Président des Messageries Maritimes et fonde la Société Provençale de Construction Aéronautique à La Ciotat, entreprise destinée à construire des hydravions.
En 1921 il est membre fondateur de la Nouvelle Académie de Marine et en 1929, il devient membre de l'Académie des Sciences Coloniales.
En 1929, il préside le Comité d'organisation de l'Exposition Française du Caire en Egypte. Il fut aussi Président des Armateurs de France entre 1928 et 1943.
Contrairement à une tradition bien établie qui veut que l'on ne donne pas à un bateau le nom d'un armateur de son vivant, il baptise sur l'insistance de son entourage «Georges Philippar» un paquebot destiné aux lignes d'Extrême-Orient, et le fait décorer par Mathurin Méheut, peintre de marine bien connu.
Ce paquebot sombra à la suite d'un incendie lors du retour de son voyage inaugural le 16 mai 1932 entre Ceylan et Djibouti. Parmi les victimes se trouvait le célèbre journaliste Albert Londres, parti enquêter en Chine sur un scandale impliquant les Bolcheviks dans des trafics d'armes et de drogue, rapporte la biographie écrite par Pierre Assouline.
Georges PHILIPPAR avait une importante collection de sculptures à l'effigie du pachyderme, dont le bronze de Bugatti était le fleuron.
Elle était conservée dans son château de Sucinio près du Dourduff, à Ploujean (commune de Morlaix, Finistère) commune où il voisinait avec le général Weygand et la famille du Maréchal Foch dans son manoir de Traon Feunteuniou, ainsi que le futur astronaute Jean-Loup Chrétien.
Le collectionneur actuel détient la sculpture que nous présentons de Georges PHILIPPAR par dévolution successorale.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue